Chroniques de blog

 

Je me suis plongée dans la première aventure de Polycarpe : Le Vieux Logis

.

Après avoir rencontré Claudine Chollet, j’étais très pressée de me plonger dans la première aventure de Polycarpe. J’ai été séduite par sa manière de présenter ses personnages – si vous passez régulièrement sur le blog, vous avez dû comprendre que j’attache beaucoup d’importance aux personnages, j’ai besoin de les aimer, ou du moins de ressentir quelque chose pour eux – et j’étais curieuse de voir à quoi correspondait le « polar cosy » dont elle avait parlé.

La première aventure du vétérinaire cinquantenaire nous emmène dans un joli petit village. Polycarpe vient d’y acheter une vieille demeure et la restaure. Son arrivée ne passe pas inaperçue et il fait rapidement connaissance de ses voisins : Mama la chaleureuse artiste, Basile le gérant atypique du troquet (avez-vous déjà vu un barman donner des cours sur es proverbes à ses clients ?), Imogène de la boutique de miel, Calamity… Une jolie galerie de personnages entoure Polycarpe, qui n’a pas le temps de s’ennuyer. Surtout quand les mystères apparaissent les uns après les autres.

J’ai beaucoup aimé cette lecture, Polycarpe m’a fait pensé à Agatha Raisin de M.C Beaton. Un personnage qui change de vie, se refait des amis et devient apprenti détective, tout en étant presque aussi soupe au lait (par moment seulement !) qu’Agatha.

L’ambiance fait penser à un roman anglais, j’imaginais bien Claudine Chollet en train d’écrire son roman en buvant une tasse de thé, emmitouflée dans un plaid, près d’une fenêtre donnant sur une campagne verdoyante, un peu comme dans le Tamara Drewe de Posy Simmonds. En tout cas, c’est comme ça que j’avais envie d’être installée pour le lire.

Le style de l’auteure est vraiment chouette. Il y a de l’humour, on sent qu’elle aime s’amuser avec les mots et leur petite musique. Les personnages m’ont beaucoup plus et j’ai envie de les retrouver dans une nouvelle histoire. Un coup de cœur !”

Découvrez le blog de Mlle Maeve ici

“Il y a des romans sur lesquels vous n’auriez pas particulièrement parié et qui pourtant finissent par vous séduire totalement. L’auteur, Claudine Chollet, avait titillé ma curiosité en qualifiant ses romans de “polars cosy”. Comme elle avait eu la gentillesse et la générosité de me donner un de ses romans à lire, j’ai plongé dedans sans attendre.

Polycarpe, un jeune retraité, qui commence à se faire une petite réputation de perceur de mystères à Rochebourg, un paisible (mais pas tout le temps!) village. Cette fois, c’est la discrète Violette Parker, la tante de la célèbre romancière Elvire Auggry, qui meurt étouffée par une guêpe. La thèse de l’accident chiffonne notre Polycarpe qui non seulement doit faire la lumière sur les secrets de Violette mais doit aussi résoudre une autre énigme: pourquoi sa douce amie Imogène lui bat-elle froid ?

Ce qui caractérise ce roman, et sans doute la série, c’est l’ambiance. Ce petit village de Rochebourg regorge de personnalités attachantes et hautes en couleur. Les personnages sont bien campés et ne tombent jamais dans les clichés. Le secret? L’auteur les regarde avec une certaine distance amusée.

L’énigme principale autour de la mort de la vieille Violette se tient parfaitement mais ce qui fait le sel du roman, ce sont tous les fils narratifs que l’auteur tissent avec brio. On ne s’ennuie jamais et le rythme alterne efficacement rebondissements et anecdotes secondaires. J’ai particulièrement apprécié de ne pas être entraînée à toute berzingue vers une fin explosive mais au contraire d’errer avec Polycarpe dans les rues et les histoires de Rochebourg. Contrairement aux polars plus conventionnels, je n’ai pas eu l’impression ne m’être fait mener par le bout du nez mais plutôt que l’auteur partageait avec moi avec humour et légèreté une tranche de vie de Polycarpe.

Pour moi, c’est exactement le genre de roman que j’apprécie: une gourmandise qui réconforte. Et je me suis surprise à m’imaginer vivre dans ce village et venir aider Polycarpe à retapisser les pièces de sa maison. N’hésitez pas, ce roman est un trésor.”

 

Voir le blog de Cécilia “Between the Books” ici